LAGUNA (A.)

LAGUNA (A.)
LAGUNA (A.)

LAGUNA ANDRÉS (1511-1559)

D’origine juive, convertis en 1492, les Laguna se sont intégrés dans la société chrétienne sans trop souffrir de la discrimination qui freinait la promotion sociale des «nouveaux chrétiens». Le père, converso , meurt médecin apprécié du beau monde, deux frères font carrière dans le clergé, mais c’est à Andrés, le brillant médecin cosmopolite, que la famille doit prestige et prospérité.

De sa formation — humanités à Ségovie, sa ville natale, arts (philosophie) à Salamanque, études médicales à Paris jusqu’au grade de bachelier (1534) —, c’est l’étape parisienne (1529-1535) qui est déterminante, tant par l’exemple d’un Gonthier d’Andernach que par l’apprentissage du grec au Collège de France naissant.

Il entre dans la profession médicale en obtenant en 1540 un contrat de «médecin stipendié» de la ville de Metz, place occupée avant lui par Gonthier, après lui par Rabelais. Il n’abandonne pas cependant les travaux scientifico-littéraires.

Attiré par le service du frère de Charles Quint, Ferdinand, roi des Romains et roi de Hongrie, qui a fort à faire pour tenir tête aux Turcs et à la ligue de Smalkalde, Laguna traduit en latin un livret vénitien rapportant de pseudo-prodiges qui auraient ému Constantinople et annonceraient la fin de la puissance des Ottomans. Puis, en 1543, il déclame à l’université de Cologne la prosopopée de la malheureuse Europe maltraitée par elle-même ou par ses fils. Ce n’est pas une invective contre le belliqueux Français et son allié turc, mais une «lamentation de la paix» inspirée de celle d’Érasme, dont Laguna pille aussi les Adages . L’année suivante, Laguna sert le parti impérial autrement qu’en discours. Lors de la campagne de France, les chefs de l’intendance de Charles Quint, Francisco Duarte et Hugo Ángelo, distinguent le médecin espagnol de Metz et lui obtiennent un contrat pour une fourniture de vivres destinés aux villes conquises et à leurs garnisons.

À Rome, où il réside de 1545 à 1553, Laguna achète un diplôme de miles sancti Petri , titre d’honneur en même temps que de rente. En passant par Bologne, le bachelier parisien a su se faire octroyer un doctorat fort honorable, sans subir d’examen ni payer de droits (1545). Le cardinal D. Francisco de Mendoza y Bobadilla, dont il fut huit ans durant le médecin personnel, lui obtint de Jules III le titre honorifique de médecin de Sa Sainteté. Entraîné dans la disgrâce du cardinal, il gagne Florence, Venise, puis les Pays-Bas où il va imprimer son Dioscoride (1555). On est très mal renseigné sur les activités et les espérances de ses années d’Anvers et de Bruxelles (1555-1557). Le Dioscoride castillan dédié à Philippe II ne lui a pas valu la faveur du nouveau roi. L’épitaphe de Laguna pour le tombeau de famille préparait-elle, en 1557, une retraite à Ségovie? Il meurt à Guadalajara.

Les services signalés de Laguna à la médecine tiennent surtout en deux forts in-folio. Son abrégé latin des œuvres complètes de Galien, véritable encyclopédie médicale, est imprimé à Venise (1548). Le succès en sera prompt et durable.

Dans sa traduction espagnole commentée du grand traité de Dioscoride, Acerca de la materia medicinal , il améliore le texte à l’aide d’un manuscrit prêté par Páez, autre humaniste au service de son cardinal. Il fait copier trait pour trait les dessins de plantes et d’animaux sur les illustrations de son devancier Mattioli, traducteur et commentateur italien de Dioscoride, dont il exploite aussi les commentaires, comme ceux d’Amatus Lusitanus. Les excursus personnels de Laguna plaisent encore par un langage savoureux, imagé, et par de narquoises historiettes que l’auteur présente comme choses vécues par lui. Déjà abondamment cité en 1611 dans le Tesoro de la lengua castellana de Covarrubias, Laguna figure parmi les «autorités» de sa langue maternelle depuis le Diccionario de autoridades de l’Académie espagnole (1725). Don Quichotte (I, 18) connaissait ce classique de l’herboristerie.

En 1937 a été attribué à Laguna le Viaje de Turquía (1557), ouvrage anonyme publié pour la première fois en 1904 comme étant de Cristobal de Villalón. La paternité de celui-ci s’étant révélée impossible, celle de Laguna reste aujourd’hui la plus vraisemblable. L’œuvre, hors série dans le genre autobiographique, est un dialogue dont les interlocuteurs portent des noms folkloriques. Pedro de Urdemalas (sorte de Panurge) raconte, à son retour en Espagne, comment, capturé à la bataille des îles de Ponza (1552), il s’est improvisé médecin, a conquis la faveur de son maître Sinan Pacha et a dû s’évader pour fuir celle de la sultane, fille de Soliman. Périls mortels de la peste, aventures professionnelles du médecin de bagne et de palais, sans oublier les herborisations, fuite au mont Athos en habit de moine grec, naufrages dans la mer Égée, retour à travers l’Italie forment la trame d’un roman réaliste complété par une description détaillée des institutions et des mœurs turques. L’ensemble ne prend tout son sel que comme fantaisie littéraire d’un vrai médecin qui se projette avec humour dans un «double» autodidacte, exploitant ou plagiant des sources livresques (Menavino, Georgievitz, Spandugino, Busbecq...) et utilisant des souvenirs de vrais captifs évadés.

Pedro exerce sa critique sur des sujets très divers: hypocrites fondateurs d’hôpitaux, faux pèlerins de Jérusalem, gabegie des armées, trafic des bénéfices à Rome, dogmatisme aristotélique des théologiens, routine des grammairiens, ignorance des langues. Le monachisme grec est peint de façon vivante. La puissance ottomane, par son efficacité et ses succès, contraste avec l’empire occidental dont la paralysie, en 1554, désespérait Laguna. Le style du récit et du dialogue, sec, oral, abuse des précisions numériques pour inculquer l’authenticité des faits dont l’auteur masqué, prêtant son je au héros, dit et répète qu’il est témoin oculaire, plagiant en cela ceux-mêmes qu’il a pillés.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Поможем написать курсовую

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Laguna — (span./ital. für ‚Lagune‘) steht für: Laguna (Volk), eine Gruppe der Pueblo Kultur in Nordamerika Renault Laguna, ein Automodell Laguna Seca Raceway, eine Rennstrecke in Kalifornien Laguna, ein Freizeitbad in Weil am Rhein in der Geografie:… …   Deutsch Wikipedia

  • Laguna (SC) — Laguna (Santa Catarina) Pour les articles homonymes, voir Laguna. 28° 28′ 58″ S 48° 46′ 51″ W …   Wikipédia en Français

  • Laguna — (Spanish for lagoon ) may refer to: * Laguna Pueblo, a Native American people of the southwestern United StatesPlaces;Brazil * Laguna, Santa Catarina, a city;China * Laguna City, a private housing estate in Kowloon, Hong Kong;El Salvador * La… …   Wikipedia

  • Laguna — Khara, en Bolivia. Laguna La Burra, en la Arge …   Wikipedia Español

  • lagună — LAGÚNĂ, lagune, s.f. Porţiune din bazinul unei mări sau al unui ocean separată aproape complet de rest printr o fâşie îngustă de pământ. – Din it. laguna. Trimis de LauraGellner, 14.10.2007. Sursa: DEX 98  lagúnă s. f., g. d. art. lagúnei; pl.… …   Dicționar Român

  • Laguna — Laguna, CA U.S. Census Designated Place in California Population (2000): 34309 Housing Units (2000): 11610 Land area (2000): 6.744264 sq. miles (17.467564 sq. km) Water area (2000): 0.001027 sq. miles (0.002660 sq. km) Total area (2000): 6.745291 …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Laguna FC — Laguna Football Club Laguna FC Généralités Date de fondation …   Wikipédia en Français

  • Laguna 1 — (Венеция,Италия) Категория отеля: Адрес: Cannaregio 4887, Каннареджо, 30121 Венеция, Итали …   Каталог отелей

  • Laguna — (Нида,Литва) Категория отеля: Адрес: Purvynes g. 87, LT 93123 Нида, Литва …   Каталог отелей

  • Laguna, CA — U.S. Census Designated Place in California Population (2000): 34309 Housing Units (2000): 11610 Land area (2000): 6.744264 sq. miles (17.467564 sq. km) Water area (2000): 0.001027 sq. miles (0.002660 sq. km) Total area (2000): 6.745291 sq. miles… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”